Les diplômes des ouvriers

L’indicateur le plus utilisé par le Ministère de l’Éducation nationale pour expliquer la différence de réussite des élèves est la profession de la personne de référence de l’élève, le plus souvent celle du père. Le taux de réussite attendu au baccalauréat, qui constitue la base des indicateurs de valeur ajoutée des lycées est fondé sur quatre éléments : la note moyenne des élèves au brevet des collèges, la proportion de filles, le pourcentage d’élèves en retard et le poids des différentes origines sociales. Ainsi les variables retenues n’intègrent aucun facteur relatif à l’établissement lui-même, spécialités proposées, options linguistiques, composition du corps enseignant (grade, ancienneté générale, stabilité dans le poste, % de vacataires, genre), composition de l’équipe de direction… Rien de ce qui pourrait rendre compte des moyens mis à disposition (nombre de salles spécialisées, équipement informatique et audiovisuel) n’est évalué, comme si ces moyens n’avaient aucune incidence sur le travail des élèves.